WeWork : le géant du coworking patine

Souvenez-vous, il y a quelques mois WeWork se rapprochait doucement d’une introduction en bourse, aujourd’hui les choses sont devenues particulièrement compliquées. SoftBank, plus gros actionnaire de The We Company, la société qui chapotte WeWork, demande à l’entreprise américaine de reporter son introduction en Bourse en raison des inquiétudes sur la valorisation que l’opération peut laisser espérer. Au final l’entreprise a même abandonné son introduction en bourse.

eloise ambursley LMIzh0YnYJA unsplash 1024x683 WeWork : le géant du coworking patine

Ce n’est pas tout, SoftBank a réussi à écarter Adam Neumann, PDG et co-fondateur de WeWork. Vraisemblablement, la personnalité excentrique du patron de WeWork et différents conflits d’intérêt dérangeaient légèrement l’actionnaire japonais. Les experts de la bourse parlent d’un réel fiasco avec cette entrée en bourse abracadabrantesque. 

Aussi, pour tenter de convaincre les investisseurs, WeWork a récemment mis en avant le caractère “technologique” de sa société en disant vouloir recruter 1 000 profils tech sur les 12 500 salariés qui composent le groupe à travers le monde. Jouer la carte de la tech quand on ne fait “que du coworking”. Étrange démarche et preuve ultime que WeWork adopte une stratégie de séduction fébrile, qui n’est en réalité qu’un vernis perméable. 

Une entreprise de technologie à succès doit être capable de révolutionner un marché, de le disrupter. En aucun cas Wework révolutionne le marché du coworking. Ils sont imposants et ambitieux certes, mais ils ne transforment pas nos manières de travailler en coworking. Bref cette tentative pour convaincre les investisseurs semble d’ores et déjà vaine

La situation traversée par le géant du coworking n’est pas sans rappeler l’histoire récente d’Uber. Il y a quelques mois, alors que l’entreprise s’apprêtait à faire son introduction en bourse, Travis Kalanick CEO et co-fondateur d’Uber a lui aussi été contraint d’abandonner son poste. Délesté de ses fonctions de directeur général, Adam Neumann conservera le poste de président non-exécutif du conseil d’administration.